fren

ENGAGÉS ! #05

Chaque semaine, suivre ceux qui se mobilisent et nous font avancer

Le journal de Cristalco pendant la crise COVID-19

#unpeumeilleurchaquejour

"Nous devons résoudre en permanence des imprévus, du changement. Certains jours, je me demande même si c’est réel !"

Des douanes au transport maritime, du contrôle qualité aux chambres de commerce, la crise a changé toutes les règles du jeu. Dans les coulisses, de la qualité à la logistique en passant par le Customer service ou l’import-export, notre "deuxième ligne" œuvre chaque jour pour soutenir le changement permanent et notre adaptation dans l’urgence.

Recréer un cadre qualité au pied levé
Julien Coignac, coordinateur RSE et Qualité
Réorienter l’usage d’alcool dans une visée sanitaire, alors qu’il était initialement prévu pour la fabrication de bioéthanol ou de parfum… ça change beaucoup de choses en matière d’autorisations et de contrôle qualité ! D’autant que la vente d’alcool est extrêmement réglementée, avec des procédures qualité très strictes différentes selon les usages (parfumerie, bio carburation, spiritueux, santé…). Les échanges ont été très nombreux avec les autorités réglementaires pour obtenir des dérogations, valider la conformité… Sans cette étape administrative, nous ne pourrions pas, comme aujourd’hui transformer nos livraisons de bioéthanol en alcool biocide. Nous sommes pleinement mobilisés comme lorsque nous créons de nouveaux produits, mais dans un contexte d’attentes immédiates !

Repenser tous les flux logistiques
David Martin, Gestionnaire logistique Alcool
Lorsqu’on change les usages de nos produits, cela change aussi toute la logique de chargement. Ce ne sont pas les mêmes camions, pas les mêmes quais qui prennent en charge les usages alimentaires, le bioéthanol ou l’alcool dénaturé par exemple… Il a donc fallu tout repenser, pour pouvoir dégager suffisamment de créneaux pour l’alcool sanitaire.
Nous avons aussi allégé certaines procédures, mais en demandant à chaque fois l’accord des clients pour éviter qu’un flux ne soit bloqué alors que tout le monde en a besoin ! Dans le contexte actuel, le moindre problème de chargement a un effet boule de neige et se reporte sur les chargements suivants. Jusqu’ici, grâce à la mobilisation des sites et à la coordination de tous les métiers, nous réussissons à livrer à l’heure la qualité et la quantité de produit attendues par nos clients. Connaissant les équipes, je me doutais que nous ferions tout notre possible pour y arriver. Mais jamais je n’aurais imaginé qu’on arriverait à sortir de tels volumes, encore moins dans une organisation de télétravail !

Le Customer service en surchauffe
Christine Chatenet, Assistante Customer service Alcool
En temps normal, nous avons l’habitude de fonctionner dans l’urgence car nos clients français ont des petits bacs de stockage. Ils commandent à la dernière minute le jour J pour des livraisons le lendemain. Au Customer service, notre rôle est alors d’organiser l’activité, en coordination avec le commerce et la logistique. Mais depuis la crise sanitaire, la problématique est multipliée par 100 ! Je n’ai jamais vu ça. Certains jours je me demande même si c’est réel. Il faut gérer en permanence des imprévus, du changement : résoudre des problèmes de planning, trouver des transporteurs dont les chauffeurs commencent à fatiguer après plusieurs semaines, proposer de décaler les livraisons. Dans l’équipe, la cohésion et la solidarité sont très fortes : entraide et bienveillance sont les maîtres-mots. Je sais que ça va être dur encore un moment. Mais, je préfère travailler que m’ennuyer à ne rien faire et si je me donne à fond, ce n’est pas pour rien : l’entreprise répond à un vrai besoin. Je me sens utile.

L’export répond présent, au-delà de l’Europe
Élodie Lebas, Responsable Logistique Import-Export
Comme la pandémie, la pénurie de gel hydroalcoolique est mondiale. Nous enregistrons donc aussi une très forte croissance des commandes d’alcool hors d’Europe. Ne pouvant pas toutes les satisfaire, nous donnons la priorité à nos clients existants qu’ils soient au Moyen-Orient, en Turquie, au Pérou ou aux États-Unis. Beaucoup sont des parfumeurs qui convertissent leur production en gel. La principale difficulté que nous rencontrons est la réduction du nombre de bateaux qui arrivent sur les ports… ou n’arrivent pas. Il faut alors rechercher une nouvelle solution, changer de compagnie maritime, trouver un autre porte-conteneurs… Et même si les délais d’acheminement maritime sont de plusieurs semaines, c’est urgent. Car, vu le volume de chaque commande, comme cette semaine celle d’un client qui veut tout d’un coup 10 containers au lieu des 5 habituels, la marchandise doit absolument partir de l’usine qui n’a pas de place pour la stocker. Mais jusqu’ici, nous avons toujours réussi : tous les containers et toutes les citernes partent en temps et en heure !
 

#ledirect

Sucre de canne roux: d’une île à l’autre

Le 20 mars 2020, l’île Maurice se déclare en confinement. Les mesures sont plus dures qu’en France avec un couvre-feu. Les habitants sont rationnés, les aéroports ferment, les bateaux restent à quai. Et les entrepôts, dont ceux des fournisseurs locaux de Cristalco en sucre de canne, sont à l’arrêt... "Sachant qu’il faut 45 jours de mer pour être livrés depuis Maurice, il n’était pas question d’attendre la fin du confinement pour que les volumes que nous avions commandés puissent partir, explique Désiré Seoane, Trader import-export. Il fallait pouvoir fournir les supermarchés français ! Nous avons fait appel en urgence à notre filiale Gardel en Guadeloupe qui a répondu présent et nous a permis d’éviter la rupture d’approvisionnement, à l’heure où la demande des consommateurs n’a jamais été aussi forte." En matière d’export hors d’Europe, les livraisons de sucre aux industries agroalimentaires locales dans une quarantaine de pays, rencontrent d’autres inquiétudes. Plus que l’acheminement par bateau, déjà programmé plusieurs mois à l’avance, ce sont les formalités administratives et douanières qui interrogent alors que les Chambres de commerce sont confinées. "Nous avions la crainte que tout s’arrête à cause du confinement de nos interlocuteurs dans les ports, les douanes et les chambres de commerce, raconte Désiré. Or si le client n’a pas ses documents, il ne peut pas réceptionner la marchandise ! Peut-être est-ce la chance d’être en France, mais il n’y a eu aucun blocage. Des solutions de dématérialisation et de certification électronique ont été vite mises en place en France et ailleurs. Et dans les pays où le digital est moins développé, nous avons contacté les clients et trouvé avec eux des solutions pour que leur livraison passe la douane."

#ensemblecestmieux

"Nous n’avons été jamais aussi proches en étant aussi éloignés les uns des autres" 

Alexandra Gusto, Responsable Ressources Humaines

Dès l‘annonce du confinement, nous avons dû relever un challenge inédit : réussir à poursuivre notre activité en télétravaillant tous 5 jours sur 5. Un défi que la plupart des salariés, avec ou sans enfants privés d’école, pensaient impossible à tenir. Même la dizaine de ceux qui profitaient depuis un an de l’accord d’entreprise sur le télétravail un jour par semaine était dubitative. "Mais les moyens déployés très rapidement (équipements en PC portables, renforcement de la puissance du réseau…) autant que l’investissement personnel de tous pour donner la priorité aux clients ont levé les inquiétudes. Très vite, chacun s’est organisé, a aménagé son espace de travail et a pris ses marques, avec une agilité et une capacité d’adaptation incroyables." Même chose pour les managers qui ont dû inventer de nouvelles façons d’animer leur équipe. "Depuis la mi-mars, des téléconférences régulières remplacent les réunions, à une fréquence plus élevée. Des afterworks hebdomadaires conviviaux et même parfois déguisés entretiennent le lien. Dans tous les services, on s’appelle, on prend des nouvelles à défaut de se retrouver autour de la machine à café. Cela n’empêche pas de ressentir le manque de se voir ou de déjeuner ensemble ni d’oublier que nos collègues sur le terrain vont travailler chaque jour dans les sucreries et distilleries du groupe. Mais une chose est sûre : nous n’avons été jamais aussi proches en étant aussi éloignés les uns des autres."

#merci

Merci à tous

Tous les collaborateurs de CristalCo remercient tous les clients, prestataires, coopérateurs et plus généralement tous les acteurs qui se mobilisent et s’engagement au quotidien pour répondre au double défi sanitaire et alimentaire :

Abdéramane A, Didier A, Laurent A, Armelle A, Carole A, Sabine B, Jad B, Claire B, Karine B, Serge B, Sandra B, Paul B, Gilles B, Chihab B, Stanislas B, Marie-Claire B, Thomas B, Ludovic B, Clotilde B, Carole C, Agnès C, Christine C, Laura C, Julien C, Luc C, Zeinab C, Ophélia C, Yves C, Catherine D, Florence C, Albéric W, Léa D, Sylwia D, José D, Pierre-Henri D,  Rodrigo D, Arnaud D, Alfred D, Monikéta E,  Fathia F, Bertrand F, Virginie F, Lénaic G, Eric G, Christine G, Félix G, Thierry G, Philippe G, Gilles G, Alexandra G, Alexandre H, Aymar H, Elodie H,  Diana H, Marco I, Caroline J, Rachele K, Geoffroy L, Mariya L, Marie L, Brigitte L, Elodie L, Annabelle L, Philippe L, Vincent L, Juliette L, Bruno L, Gérard L, Maximilien M, Adriana M, David M, Morgane M, Nadia M, Maria M, Alexandre M, Paige M, Julie M, Pascal M, Sahin N, Olivia P, Alexandra P, Brigitte P, Valérie P, Guillaume P, Marie-José P, Nicolas Q, Karen Q, Juliette R, Marie R, Cécile R, Marie-Hélène R, Jean-Marc S, Mélina S, Ivaylo S, Désiré S, Matthieu S, Etavy S, Gayatri S, Audrey T, Laurie T, Sandrine V,  Ernst V, Maurine V, Loic Z, Souad Z, José M, Natalia P-S, María  José C, Benoît F, Marina N, Andres O, Juan de Dios G, José María P, Daniele B, Alessio B, Romain M, Filippo S, Matteo T, Eleonora S, Gianpaolo M, Vincenzo D, Alida S, Marco R, Stefano G, Carla M, Marco B, Graziano L, Monica N, Ilias V, Georgia V, Eleni V, George M, Dusan M, Kamila O, Stefan L, Oltea O, Cornel P    

#tousmobilisesparnature

Contactez Service client B2B

Par téléphone au

+ 33 1 42 99 00 00